IMG_20180819_150057

Je suis venue ici pour faire une retraite.

Mais je suis aussi partie pour ce tour du monde récolter des témoignages de pardon.

Je ne savais pas que j’allais entendre si tôt des récits bouleversants.

Christellecatherine, que j’ai rencontrée ici, m’a confié son histoire. Elle s’appelle Christelle, prénom que son papa avait choisi à sa naissance, et Catherine, prénom de baptême adulte.                                                                                                                                                                                                                                                     

Christellecatherine a eu une vie chargée de bouleversements.

Elle a eu très jeune de grosses difficultés de santé. Elle a fait trois AVC la laissant pendant de longues périodes handicapée, hémiplégique et aphasique. Elle a dû arrêter de travailler du jour au lendemain. Mais elle n’a pu avoir la reconnaissance « Adulte Handicapé » que 2 ans et demi après ses problèmes de santé. (Ce qui lui permettait de bénéficier d’une aide financière). Elle est donc restée longtemps sans revenus, ce qui ne lui permettait pas de payer son loyer.

A chaque fois qu’elle sortait dehors ou rentrait chez elle avec ses enfants, le propriétaire de son appartement qui habitait au rez-de-chaussée, hurlait sur elle : « Cas social, tu es une cas sociale ! C’est inadmissible d’être comme cela ! »

Un jour, son petit garçon de 7 ans lui a demandé :

« Pourquoi certaines personnes ont-elles le cœur si noir ? »

Christellecatherine a répondu :

« C’est parce qu’ils ont besoin qu’on prie encore plus pour elles…

Alors on va prier pour elles ! »

Christellecatherine qui a eu une conversion pendant sa maladie, a toujours encouragé ses enfants à ne pas en vouloir aux autres. Elle leur proposait de voir ce qu’il y avait de lourd en ces personnes, qui les empêchaient d’avoir le cœur léger.

Quelques années après, une autre personne qui avait été très dure avec sa famille, à cause des préjugés qu’elle pouvait avoir sur la maladie et les « on-dit » qu’elle avait entendus du propriétaire, est venue chez elle en lui disant :

« Je viens vous demander pardon pour mon comportement

durant toutes ces années… Je ne sais pas ce qu’il m’est arrivé. »

Christellecatherine lui a répondu :

« Vous êtes pardonnée de tout mon cœur

et je vous garde vous et votre famille, dans la prière… »

 

Christellecatherine a pu me confier également qu’elle a été victime d’attouchements sexuels dans sa vie.

Elle m’a dit :

" Le chemin a été long pour pardonner. "

"Parfois, je croyais avoir pardonné. Et si je me retrouvais dans des conversations où on parlait de ce sujet, ça réveillait en moi une colère ! Et je me rendais compte que je n’avais pas fini de pardonner. Ma foi m’a beaucoup aidée. Je confiais donc tout cela à Marie pour qu’elle porte tout cela avec moi.

Aujourd’hui, je pense que ces personnes pédophiles sont malades et qu’elles ont besoin d’aide. Mais comment peuvent-elles aller se soigner ? C’est une si grande honte d’aller voir un médecin pour lui confier cela !

Alors aujourd’hui, je prie pour toutes ces personnes.

Pour qu’elles trouvent la force d’aller de l’avant, d’oser aller se faire accompagner, qu’elles s’arrêtent avant le passage à l’acte !

Et je prie pour tous ces enfants victimes de pédophilie, qu’ils trouvent une oreille attentive qui peut accueillir leurs paroles et les aider…

C’est par nos prières que l’on peut pousser ces personnes vers le Haut et vers la Transformation Intérieure.

Elles ont besoin de cette force et de cette énergie pour se soigner.

J’appelle cela « le capital de grâce ». Quand je vis des moments forts et profonds, remplis de joie, je confie toute cette énergie dans ma prière pour qu’elles soient envoyées à ceux qui en ont besoin, et qui n’ont pas la chance de vivre ce que je vis.

Je crois beaucoup qu’avec la prière, nous pouvons contribuer à la force de l’Humanité et à se soutenir les uns les autres, êtres humains, quel que soit l’endroit où nous vivons sur cette Planète. »                                                                           

Quand je lui demande si elle veut que je rende anonyme son témoignage qu'elle a accepté que je donne pour mon blog, elle me répond :

"Non, si j'ai vécu tout cela et que Dieu m'accompagne, c'est pour que je puisse aujourd'hui en témoigner !"

Christellecatherine, qui aujourd’hui marche à merveille et parle très bien, me regarde avec un immense sourire et des yeux remplis de confiance et de joie…