Pourquoi ce projet ?

En revenant de mes nombreux voyages, j'ai souvent été choquée par le fossé auquel je me confrontais:

Je revenais le coeur gonflé et riche de rencontres, d'accueil, d'hospitalité; et paradoxalement, j'entendais souvent dans certains médias, des discours sur l'étranger me confrontant à la peur. Face à un monde en profond bouleversement, certains médias affichent davantage ce qui se détruit que ce qui se construit entre humains.

J'avais envie de donner un autre regard sur l'Autre, celui qu'on ne connaît pas.

Une vieille amie m'a demandé comment je comptais maintenant partager ce que j'avais découvert dans mes voyages. Sa question m'a beaucoup interpellée. J'ai alors eu envie de m'investir à mon tour pour contribuer au dialogue interculturel et inter-religieux. Un soir, j'ai eu l'idée folle que je pouvais à nouveau partir, mais pour faire cette fois un tour du monde afin d'aller rencontrer ceux qui agissaient déjà, à leurs échelles, et quel que soit le contexte où ils se trouvaient, pour favoriser ces rencontres. Un autre ami m'a toujours encouragé à avoir une "humble audace". De l'idée folle pouvait naître un projet réalisable.

En rencontrant des hommes et des femmes qui agissent à leur échelle et avec leurs moyens, j'ai besoin de m'inspirer de leurs expériences, de comprendre ce qui les anime, de regarder comment ils ont commencé et développé leur projet.

 

«Une forêt qui pousse fait moins de bruit qu’un arbre qui tombe. »

Abd Al Malik, proverbe africain

 blogjardiniers (97)

 

 

 

Objectifs

Observer comment ces espaces de rencontres humaines et de richesses partagées ont vu le jour.

Témoigner autour de moi de cette expérience forte.

M’investir à mon tour à mon échelle pour développer ces espaces de rencontres et partages interculturels et interreligieux.

 

Moyens

« J’apprends à écouter ce que les gens veulent me dire, et non pas leur faire dire ce que je voudrais qu’ils me disent. » Germaine Tillion.

Me perfectionner dans les langues.

Développer mes connaissances en géopolitique, sociologie et anthropologie.

M’informer ou rejoindre des mouvements associatifs (tels que le Sésame, Coexister,...) qui réfléchissent sur les questions du vivre-ensemble et de la spiritualité.

Rencontrer directement des personnes pour me former sur le terrain.

M'appuyer sur mes outils de communication et de développement personnel.

Observer, me laisser toucher, accueillir ce que je vais recevoir.

Rassembler les témoignages par écrit, courtes vidéos, et photographies, en faire un support personnel et de témoignages.